Le Centre lasallien Saint-Michel : une action repensée

Partager cet article
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le quartier Saint-Michel est l’un des quartier les plus défavorisés de Montréal et connaît une réalité qui lui est propre. Sa population est confrontée à de nombreux défis sur le plan socio-économique. À Saint-Michel :

  • La population connaît un revenu annuel moyen inférieur à 20 000$;
  • 44 % des enfants âgés entre 0 et 5 ans vivent sous le seuil de la pauvreté, comparativement à 30% pour l’île de Montréal;
  • La jeunesse représente le quart des habitants;
  • 75% des familles comptent des enfants;
  • La monoparentalité représente 40% des ménages;
  • 33% des habitants n’ont pas complété leurs études secondaires, comparativement à 17% pour l’île de Montréal;
  • Le taux de décrochage scolaire s’élève à 21%, comparativement à 18% pour l’île de Montréal;
  • 41 % des enfants « entrent à la maternelle sans avoir tous les outils nécessaires pour commencer leur parcours scolaire», comparativement à 29 % pour l’île de Montréal; 
  • La population compte 49% d’immigrants, comparativement à 34% pour l’île de Montréal;
  • La langue maternelle de 53% des habitants est autre que le français et l’anglais, comparativement à 33% pour l’île de Montréal.

Les-Frères

Riche de sa diversité, le quartier Saint-Michel nécessite la contribution d’organismes communautaires qui comprennent ses particularités et mettent en place des programmes et des actions concrètes adaptées aux besoins et objectifs de sa population. Des efforts sont nécessaires, tant au niveau de la persévérance scolaire et de l’inclusion sociale qu’à celui de la sécurité alimentaire. Les circonstances particulières que nous connaissons depuis bientôt un an nous ont affectés de plusieurs manières, mais certains d’entre-nous ont été touchés dans une plus grande mesure.

Vulnérabilité en temps de crise

En nous plaçant dans un climat d’incertitude généralisé, jusque-là inconnu, la pandémie nous a rendus vulnérables, inquiets, et désorientés. Mais ceux qui se trouvaient déjà en situation précaire ont été confrontés à des temps encore plus durs. La pandémie a révélé des écarts que nous avions sous-estimés et creusé ceux qui nous préoccupaient déjà. Les habitants du quartier Saint-Michel, qui composaient déjà avec des difficultés accablantes, ont vu grandir les obstacles auxquels ils faisaient face. Le CLSM a reconnu l’urgence de la situation et l’importance d’agir. Dans cette optique, la pandémie a été pour le Centre une source de dépassement, plutôt qu’un frein. L’équipe du CLSM, devant l’injustice de la crise, a su se mobiliser et prendre part active à l’atteinte d’un objectif commun. Qu’il s’agisse du personnel, des bénévoles ou des partenaires du Centre, tous ont agi conjointement dans la conviction profonde de la valeur de leur mission.

Changement de direction

Devant les restrictions imposées par le gouvernement et la santé publique en réponse à la crise sanitaire, le Centre a dû opérer une véritable réinvention. Alors que la quasi-totalité de ses activités prenaient place dans ses locaux, les nouvelles mesures de sécurité ont engendré un réel chamboulement. Bien sûr, les activités sont passées du présentiel au virtuel. Plus encore, le personnel du Centre a trouvé une manière, dans le respect des mesures sanitaires, de poursuivre tous ses efforts :  aller vers les usagers, repenser les interventions, répondre aux nouveaux besoins du quartier.

Réussites

Depuis la fondation du CLSM, sa visée éducative occupe une place centrale tant dans sa mission, que dans ses activités quotidiennes. Dans cette optique d’éducation, de persévérance et de développement, l’administration du Centre a saisi la nécessité d’une bonne prise en charge des jeunes. En ces temps hors du commun, la réussite scolaire des jeunes peut devenir un véritable défi, particulièrement pour ceux qui ne disposent pas d’un accès facile à Internet ou d’un environnement propice à l’apprentissage. Pour les jeunes en difficulté académique, l’accompagnement et le suivi se font plus ardus et moins efficaces. Pour répondre à ce besoin croissant, le CLSM a entrepris un partenariat avec les écoles Sainte-Lucie, Marie-Rivier, Lucien-Guilbault, Reine-Marie et Louis-Joseph-Papineau. Cette collaboration regroupe des acteurs clés de Saint-Michel en termes d’éducation et de développement. Tout récemment, la fracture numérique qui isole le quartier s’est révélée plus profonde et néfaste que nous ne l’imaginions. Afin de réduire ce grave écart, le Centre et ses partenaires ont entrepris de donner aux jeunes un accès à Internet sur la rue Louvain, qui, sur une distance de seulement 300 mètres, compte six institutions éducatives qui accueillent 4500 jeunes quotidiennement. Par ailleurs, une coopération avec des intervenants-pivots est une autre initiative née de ce partenariat, qui permettra aux élèves un suivi personnalisé et adapté à leurs besoins. Les intervenants-pivots feront le pont entre l’école et les activités académiques du CLSM, offrant aux jeunes un accompagnement ciblé et efficace. Pour les jeunes aux prises avec des déficiences intellectuelles, le CLSM a fait équipe avec l’école Louis-Joseph-Papineau pour mettre sur pied une activité éducative interactive qui leur permettra de s’épanouir dans l’apprentissage. Par ailleurs, la barrière de la langue constitue un obstacle à ne pas négliger et peut être déterminante en termes de vulnérabilité. Le Camp des pros a été mis sur pied pour donner l’occasion aux jeunes allophones de relever ce défi de taille qui les sépare de leur succès académique et professionnel.

Bien que l’éducation soit la mission première du CLSM, son équipe s’est engagée à venir en aide aux habitants du quartier dans tous les aspects de leur vie, dans le cadre du projet Agir-ensemble. Dans cette optique, elle a repensé le Barbecue du Directeur. Cet évènement qui regroupait des centaines de personnes autour de savoureuses grillades et de musique a connu une tout autre version cette année. Un panier-repas a été livré aux familles du quartier, pour récompenser à la fois la réussite scolaire des jeunes et le travail des parents. Le 24 décembre dernier, le Réveillon lasallien a été l’occasion de distribuer à 100 familles de Saint-Michel un panier, leur permettant de déguster un repas de Noël à la hauteur de leurs efforts considérables.

Durant les prochaines étapes de cette épreuve collective, le Centre lasallien Saint-Michel continuera à offrir son soutien continu à la population du quartier. L’équipe du CLSM fera tout en son pouvoir pour mettre en place des mesures qui permettront de pallier rapidement les lacunes qui ralentissent Saint-Michel dans son développement et accablent le quartier en ces temps de crise.

Partager cet article
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Commentaires Facebook